Confidentielles forum, pour les femmes qui aiment les femmes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jonathan Safran Foer

Aller en bas 
AuteurMessage
baboo
Admin
Admin
baboo

Nombre de messages : 10660
Age : 36
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Jonathan Safran Foer   Mar 8 Mai - 10:37

En cherchant un peu des info sur l'auteur Johnatan Safran Foer dont avait parlé Almeria et donc la couv' m'avait quand frappée/intriguée (assez criarde) je suis tombé sur cette critique d'un autre de ses livres.
Comme je sais qu'ici pas mal de végétarienne.
Je ne sais pas si je pourrai lire le livre, il pourrait encore plus m'angoisser mais peut être un déclic pour une conversion totale ? (pour l'instant je ne saurais pas trop m'en passer, je mange quand même plus d'oeuf en prenant soin qu'ils soient nourri bio et élevé en plein airs justement.. même si pas logique avec le fait que je ne peux pas manger de veaux, agneau et autres "bébés"

Donc si des fois certaines connaissent ou seraient intéressées :
_________________________________________________________________________________________________


Cela se passe peu souvent dans une vie. On termine un livre et on décide qu’on ne fera plus jamais comme avant. C’est ce qui m’est arrivé en refermant le dernier ouvrage de Jonathan Safran Foer, « Faut-il manger les animaux ? »


J’étais probablement suffisamment engagée dans la réflexion autour de mon alimentation carnée pour y renoncer aussi radicalement. N’empêche, ce que dénonce Jonathan Foer dans ce livre pourrait bien ébranler vos convictions !

3 ans en immersion dans le monde de l’élevage

Un livre paru l’année dernière, Bidoche de Fabrice Nicolino abordait la même thématique. Mais là où Fabrice Nicolino se livrait à un véritable procès à charge contre l’élevage industriel, dans un style aussi tranchant et froid que les couteaux des bouchers des abattoirs, Jonathan Foer répond par un plaidoyer en faveur de la cause animale.

Pour cela, il a dédié trois années de sa vie à aller à la rencontre d’éleveurs, à visiter clandestinement des « fermes » d’élevage, à compiler des données et recueillir des témoignages, à faire progresser ses réflexions au rythme des avancées de sa vie personnelle.
Au bout de son enquête, cet ouvrage (dont la couverture même est loin d’être anodine), dans lequel il s’interroge sur la meilleure façon de parler de notre façon de manger des animaux.
Un subtil mélange de récit pur (autobiographie, visite commando d’une ferme industrielle), de réflexions philosophiques, de courriers, de visuels, de chiffres, de témoignages… Au final, autant d’entrées diversifiées que parlantes pour nous sensibiliser à sa cause, celle des animaux.

Et mieux vaut ne pas l’être trop sensible, justement, pour lire toutes ses pages. Celles consacrées à la façon dont les animaux sont abattus sont purement insoutenables et je dois avouer que je n’ai pu aller au bout de certaines.


Un tel témoignage reste pourtant essentiel. Pour savoir. Parce que Jonathan Foer est intimement convaincu que lorsqu’on sait, on ne peut plus continuer comme avant.

Un état des lieux désastreux


Alors, que sait-on lorsqu’on referme son livre ?

:: Que le lien élevage industriel/développement des pandémies planétaire est avéré.

:: Que les animaux enfermés dans ces élevages seraient incapables de survivre dans le milieu naturel
tant ils triturés génétiquement. L’incapacité des dindes à se reproduire avait fait l’objet d’une expérience très révélatrice dans
l’ouvrage de Barbara Kingsolver, Un jardin dans les Appalaches.

:: Que la merde, telle que la nomme sans détour Jonathan Foer, pose des problèmes gravissimes.

:: Qu’il ne fait pas bon être un poussin dans un élevage industriel.

:: Que la découverte de la notion du bycatch (prise accessoire) désignant la capture « accidentelle » de créatures
marines remettra aussi en question votre consommation de poissons et autres crustacés.

:: Que le prix de la viande industrielle est artificiellement maintenu au plus bas parce que les pollutions générées par l’élevage industriel restent à la charge des collectivités publiques.

Voilà bien évidemment un tout petit aperçu de la quantité
d’informations délivrée par Jonathan Foer. A chaque page sa découverte,
généralement écœurante.

Inutile de préciser qu’arrivé à la 363ème page, on déborde d’informations sur l’élevage industriel et qu’on aura légitimement engagé sa réflexion sur le fait de se nourrir d’animaux provenant de ces endroits directement inspirés de l’enfer. Et peut-être même que comme moi, renoncerez-vous à manger tout animal ?

Pourquoi ai-je trouvé si convaincant Jonathan Foer ?


Parce qu’il n’est pas dans la culpabilisation. Parce qu’il part du principe que lorsqu’on sait, il est difficile, voire impossible, de continuer comme avant. Parce qu’il insiste sur le double oubli qui préside à notre consommation de viande : nous oublions que nous mangeons un animal mort et comment il est mort.

Et parce qu’il ne manque pas de rappeler l’enjeu le plus essentiel soulevé par l’élevage industriel, l’hypothèque qu’il pose sur l’avenir d’un patrimoine génétique que des centaines de générations avant nous ont patiemment édifié.

Des phrases choc :
[/b]


  • « Nous avons laissé mener la guerre contre les animaux que nous mangeons. »
  • « L’élevage industriel considère la nature comme un obstacle qui doit être surmonté. »
  • « Les barons de l’élevage industriel savent que leur modèle
    d’action repose sur l’impossibilité pour les consommateurs de voir (ou
    d’apprendre) ce qu’ils font. »
  • « L’idée n’était pas encore venue aux éleveurs de traiter les animaux vivants comme des animaux morts. »
  • « Lorsque nous mangeons de la viande issue de l’élevage industriel,
    nous nous nourrissons littéralement de chair torturée. Et de plus en
    plus, cette chair devient la nôtre. »
  • « Plus les gens découvriront ce qui se passe en zone de tuerie, moins ils mangeront de viande. »
  • « Au bout du compte, l’élevage industriel n’est pas là pour nourrir les gens, il est là pour faire de l’argent. »


source : http://www.ecoloinfo.com/2011/04/05/attention-jonathan-foer-peut-nuire-gravement-a-votre-alimentation-carnee-vegan/

_________________
Bueno dans mon corps, bueno dans mes barquettes !
SI T'AS L'ÂME D'UN SÉDUCTEUR ET LE GOÛT DU FRUIT DÉFENDU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jonathan Safran Foer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il manger les animaux - Jonathan Safran Foer
» Pâtes aux carottes et safran
» Tian de pommes à l'amande et au safran
» Jonathan de Saint Brévin les Pins
» Terrine de rougets au safran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confidentielles :: Culture et loisirs :: La bibliothèque de Conf-
Sauter vers: